Abonnez-vous


Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Christelle Daviet, prix du contrat de professionnalisation

Christelle Daviet, prix du contrat de professionnalisation

Par Centre Inffo

Première lauréate du prix du contrat de professionnalisation créé par Opca Transports, Christelle Daviet, 27 ans, en est déjà à sa deuxième vie professionnelle. La première dans le secteur de l’esthétique cosmétique, la seconde dans celui du transport. Le lien entre les deux ? L’attrait pour le commerce.

JPEG - 39.8 ko
Christelle Daviet (DR)

En CDI pendant près de quatre ans dans un institut de beauté en tant qu’esthéticienne conseillère de vente, Christelle Daviet commence par partager son temps entre le soin et le conseil à la clientèle et une activité de développement commercial qui passe par le suivi du chiffre d’affaires et l’organisation de concours. Si le tout se révèle aussi intéressant que formateur, l’absence de perspective d’évolution la conduit à démissionner. Décidée à doper la dimension commerciale de sa carrière, elle choisit alors de mettre le cap sur l’Irlande, dans l’idée de parfaire son anglais tout en décrochant un job. Si le choix s’avère payant du point de vue linguistique, il le sera beaucoup moins du point de vue de l’emploi. Ce n’était pas dans ses plans mais, contrainte d’abréger son séjour, la voici de retour en France, où elle se décide à reprendre les études.

Stagiaire de la formation continue

Si esthétique et cosmétique font toujours partie de son projet, elle entend désormais affirmer sa compétence commerciale. L’opportunité viendra de Pôle emploi qui lui permet de suivre un BTS en commerce international, avec l’aide du Conseil régional, qui financera la moitié des frais de formation. La rencontre avec le monde du transport se fera lors des trois stages obligatoires qui rythment son parcours de stagiaire de la formation continue. “Je ne connaissais pas le secteur, mais je voulais découvrir”, explique-t-elle en soulignant l’importance de ces trois expériences, toutes réalisées au sein d’entreprises de transport. De la première, réalisée en Vendée, Christelle Daviet retient la dimension formatrice du travail de prospection effectué avec les commerciaux ; de la deuxième, en Espagne, elle pointe les retombées positives sur le plan linguistique, tout en insistant sur le coût personnel d’un tel stage, alors que ni le voyage ni le logement ne sont pris en charge. L’ultime stage, en Aquitaine, sera aussi le plus formateur, avec une autonomie record. Bilan de ce parcours de stagiaire ? “Différent et complémentaire des séquences de formation, on met en pratique ce que l’on apprend à l’école, cela permet de se faire sa propre opinion…”, avance-t-elle. Jugeant qu’il lui manque une compétence marketing et RH, Christelle Daviet décide ensuite de prolonger ses études.

En contrat de professionnalisation…

Ce sera une licence commerce et marketing, effectuée cette fois en contrat de professionnalisation au siège de l’entreprise qui l’avait accueillie pour son premier stage. “Un véritable changement, de tous les côtés : je n’avais pas mal vécu la reprise d’études, mais il est vrai qu’en BTS, j’ai retrouvé des jeunes qui sortaient du bac et qui n’avaient pas la même motivation, cela ressemblait trop à l’école…
En contrat de pro, vous êtes une employée à part entière et vous êtes considérée comme une adulte”
, apprécie-t-elle, en soulignant
la qualité des échanges entre pairs. Couronnée par le prix du contrat de professionnalisation, elle s’estime aujourd’hui récompensée pour son “investissement personnel”. Alors qu’elle se voyait un temps poursuivre en master mais a finalement renoncé, faute de formation proposée en contrat de pro, elle porte aujourd’hui un regard positif sur son parcours de formation : “Avec du recul, je suis déjà très satisfaite d’avoir réussi à me remettre à niveau pour pouvoir reprendre des études : dissertations, synthèses, économie, mathématiques…, j’ai dû me remettre en question et travailler beaucoup plus que les autres pour passer d’un brevet professionnel à des études universitaires”, témoigne-t-elle. Comptant désormais sur la formation interne pour continuer sa progression, elle continue pour l’heure à faire ses armes : après un premier CDD au pôle national de l’employeur qui l’avait recrutée en contrat de professionnalisation, elle achèvera son deuxième CDD le 15 juin prochain au pôle international. À suivre…

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2013

2004
Brevet professionnel Esthétique-Cosmétique (formation initiale)

2011
BTS Commerce international (formation professionnelle continue)

2012
Licence professionnelle Commerce-Marketing / Management des entreprises de services (contrat de professionnalisation)

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement