Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives

CQP

Questions à... Dominique Gillier, rapporteur au nom de la section du travail et de l’emploi de l’avis du Conseil économique, social et environnemental (Cese) sur les certificats de qualification professionnelle

La réforme 2014 de la formation a mis l’acent sur la certification, et chacun s’accorde à juger indispensable une formation au plus proche du terrain et des besoins exprimés. Les certificats de qualification professionnelle (CQP) cochent ces deux cases. Le Conseil économique, social et environnemental vient d’adopter un avis sur cette "troisième voie de certification".

Les CQP sont-ils suffisamment abordés dans les processus d’orientation ?
Clairement, non. Le défaut de notoriété est considérable, y compris dans les branches qui les développent. Il faut donner beaucoup plus de visibilité à l’ensemble du système de certifications mais particulièrement aux CQP, parce que c’est ceux que l’on voit le moins.

Pourquoi ?
D’abord parce que le sujet est trop souvent resté un peu confidentiel au sein des branches. Les créateurs de CQP doivent mieux en faire la promotion, ce qui passe notamment par l’inscription au RNCP. Cela tient ensuite à la prédominance du diplôme dans notre pays. Nous avons besoin de montrer l’intérêt des autres types de certifications. Ceux qui ont en charge de faire la lumière sur l’offre de certification, comme Centre Inffo, ont donc aussi un rôle à jouer.

JPEG - 32.1 ko
Dominique Gillier (DR)

Pouvez-vous préciser ce que vous attendez des sites comme Emploi Store, Certif’Info, Orientation pour tous, etc. ?
Il faut que tous les acteurs du projet professionnel - salariés, entreprises, professionnels de l’orientation et de l’information - disposent d’une bonne vision de l’offre de certification. Ceci est aujourd’hui possible grâce aux outils numériques qui peuvent aider à combler le défaut de notoriété, à condition que les branches fassent œuvre de transparence sur leurs CQP. Les différents sites doivent se saisir de cette information et ne pas hésiter à « booster » les branches pour aller la chercher. Si l’on est vraiment dans une démarche d’information de masse, il faut aussi faire des efforts de convivialité et d’ergonomie des sites, en multipliant les tests usager.

propos recueillis par Nicolas Deguerry, extraits du dossier "La 3ème voie de certification - Les certificats de qualification professionnelle accélèrent leur développement", publié dans le n ° 909 d’Inffo Formation, daté 1er au 14 novembre 2016

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement