Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > CPF : derniers décomptes avant lancement

CPF : derniers décomptes avant lancement

Effectif au 1er janvier 2015, le compte personnel de formation est la mesure emblématique de la loi du 5 mars 2014. Nouvelle modalité d’accès à la formation, elle a pour ambition d’accroître le niveau de qualification de chacun et d’en sécuriser le parcours professionnel. Les premiers outils d’information du grand public sont ouverts.

La DGEFP a lancé le 24 novembre le volet public du site Moncompteformation.gouv.fr, organisé en trois espaces : titulaire, employeurs et professionnels.

En créant un compte personnel de
formation (CPF) attaché à la personne, la loi du 5 mars 2014 a lancé
un défi de taille. À partir du 1er janvier 2015
et au rythme de 24 heures par
an pendant cinq ans et de 12 heures
par an pendant trois ans, salariés et demandeurs
d’emploi pourront commencer à alimenter leur capital formation, jusqu’à atteindre les 150 heures prévues par le législateur. Soit au total environ 40 millions d’actifs amenés à gérer leur solde d’heures et
consulter les premières listes de formation éligibles.
Alors que les décrets d’application ont été publiés
au dernier trimestre 2014, ils pourront le faire à partir du lundi 5 janvier 2015. Comment ? En se connectant à Moncompteformation.gouv.fr, site officiel que le grand public a pu découvrir dans sa version portail d’information le 24 novembre dernier. Retour sur
une aventure qui a commencé voici à peine un an.

Un site, trois espaces

Chef de projet CPF à la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGFEP), Catherine Dessein se souvient : la Caisse des dépôts et
consignations (CDC), désignée opératrice du CPF
pour sa capacité à gérer des comptes à l’échelle de
la Nation, a commencé à travailler sur le sujet en janvier 2014.
Dès lors, des groupes de travail réunissant l’ensemble
des acteurs de la formation professionnelle intéressés à la mise en œuvre du CPF ont été créés par la DGEFP. Objectif : regrouper les situations type en
“process génériques”, de façon à construire les différents “process métiers” avec les opérateurs. De quoi décrire dans les moindres détails, par exemple, le cheminement des salariés d’une entreprise qui confie à son Opca la gestion de son 0,2.
En parallèle de ce travail qui a permis de réduire
l’essentiel des écarts observés entre les besoins ex
primés et les développements réalisés par la Caisse
des dépôts, un “kit de procédures” a également été
créé et adressé aux opérateurs.
Enfin, un groupe test composé de 40 titulaires
“lambda” a également été déployé pour mieux comprendre le rapport à la formation et les attentes du public cible.
Afin de commencer à occuper l’espace, déjà bien
investi par des opérateurs privés [1], la DGEFP a ainsi pu lancer le 24 novembre le volet public du site Moncompteformation.gouv.fr, organisé en trois espaces : titulaire, employeurs et professionnels. Le module de gestion du CPF sera, lui, ouvert comme prévu au lundi 5 janvier 2015. Entièrement opérationnel à cette date pour répondre aux éléments
de base de la loi en termes de création et d’alimentation du compte, le site Moncompteformation.gouv.fr continuera bien sûr d’évoluer au gré des
retours, en partie remontés par un panel d’utilisa teurs déployé à l’ouverture du site.

Ce qui sera disponible au 5 janvier 2015

Ouverts au lundi 5 janvier 2015, les comptes personnels de formation seront alimentés en 2016 sur
la base de l’activité de 2015. Avant cela, seuls les titulaires de Dif pourront inscrire leur solde d’heures,
qui leur aura été communiqué d’ici au 31 janvier
2015 par leur employeur (ou sur le certificat de travail, pour les demandeurs d’emploi) et qui devra être utilisé d’ici au 31 décembre 2020.
Tout titulaire pourra également consulter les listes de
formations éligibles à destination des salariés
et des demandeurs d’emploi. Accroché au
système d’information du CPF, l’outil de gestion
des listes a été créé par la Caisse des dépôts de
façon à permettre aux éditeurs (partenaires sociaux de la branche ou de l’interprofessionnel) d’alimenter et d’actualiser eux-mêmes l’offre disponible.
Catherine Dessein le rappelle, “non seulement
les formations sont certifiantes, mais elles sont
aussi choisies par les branches et les Régions de
façon à correspondre au mieux aux bassins d’emploi”
. Pour l’instant uniquement disponible dans
le cadre des programmes régionaux de formation, la liste des sessions sera, elle, déployée dans
un second temps.
Autre entrée disponible le 1er janvier, un espace projet professionnel permet au titulaire ou à l’organisme
qui l’accompagne de renseigner les différentes
étapes d’un parcours, de la conception à l’exécution,
en passant par l’éventuel apport d’abondements.

Ce qui reste à faire...

Également prévu par la loi, le “passeport d’orientation, de formation et de compétences” ne sera pas
disponible dès l’ouverture.
“Nous voulons construire
quelque chose qui soit véritablement utile et qui soit
donc au-delà de la simple boîte”
, explique Catherine
Dessein.
“De nombreux passeports régionaux
existent, nous n’allons pas recréer quelque chose qui
existe déjà”
, prévient-elle. D’où la constitution d’un
groupe de travail chargé d’œuvrer en concertation
avec les Régions à l’élaboration d’un “module central”
auquel ces dernières pourraient s’arrimer.
Consciente que tout ne sera pas parfait au lancement, Catherine Dessein souligne que différents
types de supports seront mis en œuvre, à commencer par une
“hotline”
technique et un groupe d’utilisateurs professionnels. Sereine, elle rappelle qu’il
reste encore
“un an pour faire évoluer et améliorer
le système avant que les heures ne tombent sur les
comptes...”

par Nicolas Deguerry, Centre Inffo, 2014

À consulter :

  • Retrouvez l’intégralité de cet article dans Inffo Formation, le magazine au service des acteurs de la formation, à découvrir gratuitement pour le lancement de la nouvelle formule : format PDF

[1Voir par exemple www.
mon-compte-formation.fr
, édité par RégionsJob, filiale du groupe de presse Télégramme.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement