Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Apprentissage

Apprentissage

Questions à... Clotilde Valter, secrétaire d’État chargée de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage

"Les représentations sociales sont encore un frein majeur au développement de l’alternance"

Comment poursuivre le redressement de l’apprentissage ?
Tout d’abord en s’attaquant aux représentations sociales de l’apprentissage, celles-ci sont encore un des freins majeurs au développement de l’alternance dans notre pays. L’apprentissage doit cesser d’être perçu comme une voie de relégation. Le message qu’il peut concerner tous les jeunes, pour tous les métiers, tous les niveaux de qualification, doit s’adresser à l’ensemble de la société, aux jeunes, mais aussi à leurs familles… Depuis des années, le gouvernement mène une action déterminée en ce sens via notamment le développement de l’apprentissage dans la fonction publique. Notre objectif de 10 000 contrats supplémentaires signés dans la fonction publique en 2015-2017 est en passe d’être atteint.

Comment expliquer la persistance d’un taux élevé de ruptures de contrat ?
Elle peut s’expliquer par un mauvais choix d’orientation, mais aussi par un changement brutal de mode de vie pour le jeune, un mal-être dans la relation avec le maître d’apprentissage ou dans le mode de formation. La loi du 5 mars 2014 a insisté sur l’accompagnement des jeunes tout au long de leur parcours d’apprentissage et les CFA ont une grande conscience de leurs responsabilités. La baisse des taux de rupture est devenue pour eux un indicateur de réussite et ils mettent en place des innovations-expérimentations pour agir à titre préventif. L’Association nationale des apprentis de France (Anaf) mène, par exemple, une action très intéressante vis-à-vis des apprentis eux-mêmes, dans une logique de pair à pair, mais aussi pour former les professionnels et les entreprises.

Quelle action pour résoudre les difficultés matérielles ?
Cet aspect était explicitement traité par la plateforme État-Régions signée par le Premier ministre Manuel Valls, le 30 mars 2016. Dans ce domaine, l’État joue un rôle d’impulsion, mais l’apprentissage est aujourd’hui une compétence régionale avec des moyens financiers qui ont été renforcés : + 146 millions d’euros supplémentaires. Dans les régions, des dispositifs sont mis en place pour permettre de répondre à des situations locales tant en termes de transport que d’hébergement.

propos recueillis par Mélanie Mermoz, publié dans le n° 916 d’Inffo Formation, daté 15 au 28 février 2017

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement