Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > Accompagnement

Accompagnement

Questions à... Jean-Marc Seijo-Lopez, délégué ministériel aux Missions locales

"Tous les jeunes peuvent désormais bénéficier du droit universel à l’accompagnement"

Les représentants des salariés des Missions locales ont exprimé des craintes sur la concurrence pouvant exister entre la garantie jeunes et l’accompagnement intensif des jeunes (AIJ) proposé par Pôle emploi. Qu’en pensez-vous ?
Les deux institutions travaillent dans le cadre d’un partenariat fort. Cette année, 152 000 jeunes sont venus aux Missions locales sur recommandation de Pôle emploi dans le cadre du projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE). Il n’y a pas d’inquiétude à avoir vis-à-vis d’un opérateur qui oriente 152 000 jeunes ! Quant à la garantie jeunes, elle n’est pas menacée. D’ailleurs, les dotations d’État aux Missions locales ont augmenté, passant de 200,8 à 294,4 millions entre 2012 et 2015. Le réseau bénéficie d’une grande reconnaissance.

Certains dysfonctionnements du système d’information I-Milo ne perturbent-ils pas la mission des agents ?
En soi, c’est un très bon système d’information. Il y a nécessité, bien sûr, à l’adapter à la garantie jeunes et au Pacea. Et aux attentes des professionnels. Avec la DGEFP, nous avons lancé une étude pour améliorer son ergonomie, ainsi qu’un comité stratégique que je présiderai.

Où en est la mobilisation du réseau sur le droit universel à l’accompagnement instauré par la loi du 8 août 2016 ?
Nous constatons une grande mobilisation de tous les acteurs. Fin mai, sur les 90 098 jeunes entrés en Pacea, 32 419 avaient aussi intégré la garantie jeunes. En septembre, il n’y aura plus un seul endroit en France où un jeune ne pourra pas bénéficier du droit universel à l’accompagnement. C’est un tour de force que le réseau a pu accomplir grâce au soutien des Direccte et de la DGEFP.

propos recueillis par Benjamin d’Alguerre, extraits de l’interview publiée dans le n ° 927 d’Inffo Formation, daté 1er au 14 septembre 2017 pp. 26-27

Délégation ministérielle aux missions locales : ses prérogatives
Animer le réseau, le coordonner et capitaliser les pratiques en bonne intelligence avec l’Union des Missions locales (UNML), tel est le détail de la feuille de route de la Délégation ministérielle aux Missions locales, depuis la création du poste en octobre 2016. À l’époque, sa mise en place avait suscité quelques inquiétudes à l’UNML, qui avait mis en garde contre le risque de “doublonner” ses prérogatives. L’arbitrage de la ministre du Travail d’alors, Myriam El Khomri, avait été apporté et aujourd’hui, les deux instances travaillent de concert : le DMML signe des conventions impliquant le réseau et le représente auprès des diverses instances (au premier rang desquelles le Cnefop) en accord avec la direction de l’UNML.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement