Abonnez-vous

Votre adresse courriel :

 

Mots-clés

Rechercher par mots-clés

Archives

Toutes les archives
Accueil > 500 000 apprentis en 2017 : un objectif toujours d’actualité

500 000 apprentis en 2017 : un objectif toujours d’actualité

Par Centre Inffo

L’alternance ? « Une priorité des prochaines semaines et des prochains mois » du ministère du Travail, selon François Rebsamen. Invité par le Medef à la présentation du programme "Beau travail" [1], le successeur de Michel Sapin rue de Grenelle s’est abstenu de toute langue de bois sur la réalité à la baisse des chiffres de l’alternance.

« Ils ne sont pas bons, mais nous sommes dans les campagnes de recrutement pour la rentrée. C’est donc maintenant que beaucoup de choses se dessinent. Tous, il nous faut porter ce message dans les petites entreprises comme dans les grandes, dans tous les secteurs. »

En dépit d’un début d’année 2014 marqué par un recul de 20 % des entrées en alternance par rapport à 2013, le ministre du Travail a réitéré l’objectif présidentiel de 500 000 alternants à l’horizon 2017. « Non pas pour s’accrocher aux engagements d’hier, mais tout simplement parce que c’est bon pour l’économie française. » Et si d’ores et déjà des consignes en ce sens ont été communiquées aux préfets et aux services du ministère du Travail en parallèle de discussions avec les Régions et les partenaires sociaux dans le but de faire le forcing sur la promotion de l’alternance d’ici à la rentrée 2014, François Rebsamen a annoncé la tenue de rencontres régionales entre services de l’État, des Régions, syndicats et patronat en juin, pour déterminer les pistes nécessaires à « un développement maximal » de l’apprentissage.

Des discussions, mais pas seulement. La réorientation des fonds de l’apprentissage est à l’ordre du jour, via, notamment, une simplification drastique des circuits de collecte et la sensibilisation de l’Éducation nationale à la question de l’apprentissage, encore perçue par le corps enseignant comme une voie de garage vers le diplôme. « Je vous fais confiance pour porter ces attentes dans les entreprises au niveau national et plus encore à l’échelle régionale où la carte des formations se construit », a lancé le ministre du Travail aux représentants patronaux réunis. « C’est le bon moment car un frémissement économique se fait sentir. »

Un bon moment, également, pour la réussite du plan "100 000 formations prioritaires" (dont 35 000 ont déjà été entamées pour l’année 2013), destiné à insérer des demandeurs d’emploi dans les métiers en tension que compte valoriser le Medef au travers de sa campagne de communication. A condition d’une « alliance des forces économiques et sociales » à laquelle a appelé le successeur de Michel Sapin, affichant cependant sa volonté de voir dépassée la simple règle d’adéquation entre l’offre et la demande pour entamer aussi une action concrète en faveur des conditions de travail et de rémunération. Une question « dont le patronat doit se saisir », notamment dans les futures négociations de branche, à l’heure de la première vague d’allègements de charges (10 milliards d’euros) au titre du pacte de responsabilité.

par Benjamin d’Alguerre, Centre Inffo, 2014

[1Série de spots destinés à valoriser les métiers en tension et les formations qui y mènent diffusés sur France 2 et France 3 de mai à décembre 2014.

Partager ce contenu

© 2017 - Centre Inffo / Onisep - Voir le courriel
Charte rédactionnelle - Mentions légales - Désabonnement